Translation et rotation

Une exposition avec des œuvres d’Arnal, Gilka Beclu-Geoffray, Elisabeth Meyer, Baptiste Rabichon, Samuel Richardot, Octave Rimbert-Rivière, Lise Roussel, Superscript² et Sarah Tritz
du 30 août au 1er septembre 2019
pour Moly-Sabata à Art-O-Rama à Marseille
http://www.art-o-rama.fr

Dans les années 1920, alors que va poindre l’initiative de Moly-Sabata, Albert Gleizes ressent la nécessité de soumettre sa pratique artistique à des lois. Il isole deux principes fondamentaux dits de translation et de rotation, propres à l’avènement du tableau-objet. La règle gleizienne influencera ensuite plusieurs générations de disciples, appliquant cet exercice de composition. En hommage au cofondateur de Moly-Sabata, l’exposition « Translation et rotation » réunit une dizaine d’artistes passée par nos ateliers au fil des décennies, dans la célébration d’une géométrie joyeuse et d’une gymnastique picturale.

Chaque année, l’exposition hors-les-murs de Moly-Sabata est l’occasion d’inviter en résidence un.e artiste afin de produire une œuvre spécifique permettant de mieux donner à voir celles des autres. Après Lindsey Mendick en 2016, Aurore-Caroline Marty en 2017 et Laurence Owen en 2018, c’est le studio Superscript² qui a assuré cette commande en réalisant les cartels de l’exposition grâce à un procédé graphique expérimental conçu par le duo de designers.

123
DSCF58064DSCF5771r56DSCF58118
DSCF5821109

Publicités

Prix de peinture en bords de Rhône

Ils sont deux lauréats à occuper les rives du fleuve avec une monographie chacun. Samuel Richardot a été primé en 2007 et Raul Illarramendi en 2011. En ayant salué ces productions, le Prix Jean Chevalier fait preuve d’audace, et inscrit sa vision du médium dans une perspective prospective.

Là où d’autres initiatives assimilent encore l’interprétation d’un héritage à des pratiques anachroniques, le Prix Jean Chevalier se distingue par un positionnement plutôt clairvoyant. La récompense est décernée tous les deux ans depuis 2007, dans le souvenir du peintre éponyme, élève d’élèves du cubisme et actif au courant du vingtième siècle à Lyon. La dotation se précise progressivement pour aboutir aujourd’hui à une somme de cinq mille euros, une résidence et une exposition parrainée par la Galerie Oliver Houg. L’édition sera bien reconduite en 2013. Jusque-là pour postuler, il s’agissait d’avoir moins de trente ans et d’œuvrer en région Rhône-Alpes ou ses alentours.

C’est à Valence qu’il faut se rendre pour approcher la première de nos étapes. En centre ville dans un petit espace qui assure une belle programmation, sont alignés les formats de Samuel Richardot. Malgré l’évidence du calendrier et son voisinage géographique, cette présentation a été pensée indépendamment du Prix, qui demeure une ligne dans la biographie de l’artiste. Toute la série de toiles témoigne d’une gourmandise plastique heureuse. Les surfaces sont partitionnées en sections tranchantes, régulièrement adoucies par des nuées de couleurs. Et le carrelage du sol est cette fois très à-propos, partageant avec plusieurs œuvres le motif explicite de la grille.

jusqu’au 28 juillet 2012
art3
8, rue Sabaterie – 26000 Valence
Tél. : 04 75 55 31 24
Du mercredi au samedi de 14h à 19h sauf le samedi 14 juillet 2012

Si déjà nous foulons la bourgade, signalons que le Musée de la ville entame son ultime phase de travaux avant réouverture. Durant les années de chantier, l’institution a multiplié les évènements pour garantir une visibilité même réduite à son activité et ses collections. Dernière manifestation hors-les-murs en date, « Célébration – Rêves de nature » associe pièces historiques et contemporaines autour de deux merveilleux herbiers du dix-huitième siècle, prétextant un hommage à Jean-Jacques Rousseau dont le tricentenaire est honoré par toute la région en cette saison. Sur deux étages, la commissaire Dorothée Deyries-Henry distribue avec distinction les productions de Daniel Arsham, Antoine-Louis Barye, Céleste Boursier-Mougenot, Sophie Calle, Eugène Delacroix, Narcisse Diaz de la Peña, Jean Fautrier, Ceal Floyer, Hamish Fulton, Cornelis Gysbrechts, Henri Harpignies, Uwe Henneken, Jean-Émile Laboureur, Rose Lowder, Henri Michaux, Éric Poitevin, Hubert Robert et Roman Signer.

jusqu’au 7 juillet 2012
Lux – Scène nationale
36, boulevard du général de Gaulle – 26000 Valence
Tél. : 04 75 82 44 15
Du mardi au vendredi de 14h à 18h et le samedi de 16h à 19h

À une cinquantaine de kilomètres en aval, trône Moly-Sabata, bâtisse dont l’austérité ponctue le paysage rhodanien. Derrière l’épaisseur de ses murs, existe une hospitalité précieuse. La propriété accueille depuis des décennies des artistes en résidence, dans l’application fidèle du testament du cubiste Albert Gleizes qui légua le bien à cet unique usage. Aujourd’hui, sa fondation gère l’endroit et est partenaire de la présente édition du Prix Jean Chevalier. Raul Illarramendi y a séjourné trois mois afin de produire l’intégralité des pièces qui ont composé son accrochage. Où l’on a vu petits et grands formats d’une facture empreinte de virtuosité. L’artiste simule avec brio traces et accidents, en usant uniquement du crayon de couleur sur papier avec un judicieux travail de réserve. L’élégance de cette maîtrise tranche avec l’apparente trivialité de ce qu’elle représente. Et l’exécution fastidieuse fascine, jusque dans les caves de la demeure où ont été reproduits les stigmates laissés par des inondations successives.

jusqu’au 29 juillet 2012
Moly-Sabata
1, rue Moly-Sabata – 38550 Sablons
Tél. : 04 74 84 28 47
tous les jours de 14h à 19h

Résidente via d’autres modalités, Stéphanie Nava articule actuellement une double exposition se déployant de part et d’autre des flots. L’évènement « Frontalier des rives – Riverains des frontières » est une correspondance généreuse entre les deux rivages, concentrant ici toute la poésie d’une vallée que l’artiste tutoie avec familiarité.

jusqu’au 16 septembre 2012
Musée des Mariniers
rue du musée – 07340 Serrières
Tél. : 04 75 34 00 46
du mercredi au lundi de 10h à 12h et de 14h30 à 18h sauf jours fériés

Consulter l’article publié le 29.06.2012 sur Artnet.fr