Aurore-Caroline Marty

Il était une fois Aurore-Caroline Marty. L’artiste fascine par un travail de sculpture basé sur l’émerveillement, le sien autant que celui qu’elle provoque. Ses œuvres exercent un charme. Et l’enchantement comme le rappelle son étymologie vocale, s’opère par la mélopée de formules magiques. Du psaume au jingle, un prosélytisme se glisse par le tympan. Voici venu le temps pour l’artiste habituée des dispositions contemplatives, de sonoriser sa production.

Mauve intense, saumon Aldi, bordeaux, bleu nuit Ardèche, violet opéra.

Décor. Boîte dans la boîte, il a été conçu comme un manège, bien qu’inversé car c’est nous qui tournons autour. Ses pans aux qualités architecturales flagrantes, invitent à la rotation, à la révolution, le prochain appelant toujours le suivant en une ronde frénétique. Cette cour des miracles diffracte les perspectives, agissant en kaléidoscope. Le castelet est une stratégie permettant la prodigieuse apparition de marionnettes. Il est construit ici grandeur nature, et affiche fièrement ses camaïeux.

Prune, lavande synthétique, vieux rose, bleu-violet, melon.

Lumière. Une enseigne électrique signale l’immense lanterne magique. Et si l’artiste glane avec délectation une foule de pacotilles afin d’enrichir son exponentielle kitschotèque, elle tient aussi à s’accorder les joies de l’artisanat en se formant à tout un éventail de savoir-faire. Ainsi par ses propres mains, un vitrail colorera le sanctuaire. De la pierre a été taillée. Des éléments de céramique émaillée par nucléation, ont chacun été ouvragé dans son atelier. Et des fragments de balustrade en terre tournée, dessinent une arène disco.

Cuivre, gris égayé, vert pastel, champagne, papier-toilette-de-mauvaise-qualité.

Costume. Le travail du vêtement se développe selon des accoutrements au nombre de trois, comme autant de mousquetaires, de marraines, d’ours, de mages ou de hyènes qui donnent vie à la disposition. Chaque personnage est une sculpture, qui s’allume et qui s’éteint. Ensemble, ils forment une trinité élémentaire, un panthéon qui accorde l’Air, la Terre et la Mer. Ces tenues ont été réalisées intuitivement, sans autre détermination qu’une mue plastique à revêtir.

Violet-gris, cascade, prairie de printemps, parme bleuté, or.

Danse. Des acrobates en combinaison entrent et sortent. Le trio sera seul à connaître les coulisses du théâtre, à en traverser les parois. D’obédience plutôt hip-hop, ils incarnent une cité de monuments athlétiques. Une genre de cercle, une sorte de cirque, dont ils sont les monstres. Le safari de Peaugres n’est pas loin. Une chorégraphie de zoo semble guider les pas des danseurs. Ils sont des héros flippants, combattant par leurs mouvements une certaine justice du goût.

Tiffany lilas, violine, cobalt, olive, suie pailletée.

Musique. Une ritournelle nous hante. La partition est chamboulée chaque demi-heure par un refrain de flipper. Les mots sont transformés en sons. Les sirènes et les crapauds aussi. Différentes rumeurs viennent compléter la mise en espace globale, en déroulant un long couloir. L’ensemble demeure déambulatoire, forcément cinématographique. Les rengaines jouent de fréquences enivrantes. L’hymne caresse les surface comme les ombres dans une caverne, pour habiller ce spectacle sophistiqué et primitif.

Lie de vin, chair, lavandin, jaune poussin, cette-espèce-de-rose-nacré

Mûri durant deux mois d’ermitage au bord d’un fleuve, celui-ci va éclore dans une chapelle conventuelle aux confins du Vivarais. Le riche décorum intérieur de l’édifice reflète la générosité des dots successives de religieuses souvent héritières, qui rejoignirent la congrégation. Ainsi les fastes d’un tel écrin conditionnent à merveille le nouveau paysage de formes concocté par notre hôte. Une cérémonie l’ouvre. Les protagonistes sont masqués. La musique résonne. Pour que continue à se propager, le pouvoir de la fantaisie.

Publié pour l’exposition personnelle « Mélodie Cocktail » d’Aurore-Caroline Marty du 13 juillet au 11 août 2019 au GAC Annonay

Whisky et Tabou

Une exposition avec des œuvres d’Anne Bourse, Stéphane Calais, Emmanuelle Castellan, Florent Dubois, Justin Fitzpatrick, Albert Gleizes, Anthony Jacquot-Boeykens, Aurore-Caroline Marty et Juliette Roche
du 14 octobre au 26 novembre 2017
pour Moly-Sabata au Musée Estrine à Saint-Rémy-de-Provence

En savoir plus

621912