Anne Dangar sanctuarisée. Renouveau de l’art sacré

Le musée du Hiéron consacre actuellement plusieurs salles à la présentation de trois ensembles qui viennent enrichir ses collections. Parallèlement à une acquisition d’œuvre contemporaine et à des tableaux XIXe fraîchement restaurés, figure un corpus de céramiques d’après-guerre qui comprend de nombreux objets liturgiques réalisés par Anne Dangar pour l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire.

Une personnalité charismatique
Installée dès 1930 à Moly-Sabata au bord du Rhône, l’australienne Anne Dangar travaille la terre vernissée à la lumière des enseignements d’Albert Gleizes. Le peintre cubiste, alors cofondateur d’une nouvelle colonie d’artistes, répondit favorablement au télégramme adressé depuis Sydney par l’anglo-saxonne, afin de rejoindre l’aventure communautaire. L’endroit demeura son foyer jusqu’à la fin de sa vie. C’est là, au contact des potiers du territoire, qu’elle se familiarise avec la tradition séculaire de la glaise paysanne. La détermination de cette femme quittant tout pour sa foi aussi bien religieuse qu’artistique, lui permit de s’intégrer parmi les artisans locaux, qui l’acceptèrent pour sa ténacité, puis la respectèrent pour sa virtuosité.

Une commande exceptionnelle
Albert Gleizes et l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire partagent une forte considération pour l’Art Roman, pivot de leurs théories respectives. L’institution bénédictine fondée dans l’Yonne en 1850 comptait parmi ses pensionnaires Dom Angelico Surchamp. Ce jeune disciple passionné de cubisme, fut un véritable intermédiaire entre abstraction et christianisme. Il séjourne à Moly-Sabata durant l’été 1947, et rencontre Anne Dangar, alors qu’elle vient d’inaugurer son propre four à bois. Cette synchronicité apparaît de bonne fortune. La même année, l’Abbaye lui commandera une vaisselle dédiée à ses messes. Le contrat initial consistait en un bénitier, une fontaine, une paire de burettes, deux vases et un pot. Mais la potière offrit nombre d’éléments supplémentaires, nourrie par la vigueur de son échange épistolaire avec le moine, qui joua un rôle essentiel dans son parcours spirituel, et dans sa conception sacramentelle du travail de l’argile. Née en 1885 dans une famille anglicane, Anne Dangar se convertit au catholicisme quelques mois avant son décès en 1951. Au même moment, Dom Angelico Surchamp fonde les Éditions Zodiaque, qui lui permettront notamment de publier l’intégralité de leur correspondance.

Une donation majeure
Alors que la mort du bénédictin survient en 2018, sa communauté exprime le vœu de faire don du trousseau historique dont il fut le commanditaire, au Hiéron. Ce musée dédié à l’Eucharistie, se distingue par un accrochage permanent exposant la ferveur du rite catholique. Grâce à cet acte solennel, Anne Dangar rejoint le premier fonds de céramique moderne de l’établissement, aux côtés de Jean et Jacqueline Lerat dont elle était si familière. Ce total de vingt-huit pièces correspond à l’ultime étape de sa carrière, aux lignes plus sobres encore, à l’ornement réduit, à la palette limitée voire monochrome. Il accompagne un idéal de concorde entre rusticité et avant-garde, Église et Art. L’humilité de sa pratique et la modernité de sa vision, en font une incarnation exemplaire de réconciliation.

Donations, acquisitions, les nouvelles richesses du musée du Hiéron, jusqu’au 3 janvier 2021, Le Hiéron, 13, rue de la Paix, Paray-le-Monial (71). Tél. : 03 85 81 79 72. http://www.musee-hieron.fr

→ Publié dans la Revue de la Céramique et du Verre #235 Novembre-Décembre 2020

Aux foyers

Une exposition-vente de céramique utilitaire avec Victor Alarçon, Sylvie Auvray, Héloïse Bariol, Bernard | Nadia Agnolet & Vanessa Dziuba, Pauline Bonnet, Léa Brodiez, Ève Chabanon, Aguilberte Dalban, Anne Dangar, Jean-Jacques Dubernard, Clément Garcia, Marianne Marić, Nitsa Meletopoulos, Flora Moscovici, Étienne Noël et Octave Rimbert-Rivière
du 19 septembre au 1er novembre 2020
à Moly-Sabata à Sablons

« Aux foyers » conjugue le plaisir simple de se retrouver autour du feu, au soutien matériel de notre communauté. Les artistes invité·e·s à produire, cuire et vendre, perçoivent l’intégralité des recettes de ce format inédit. Notre événement annuel s’articule autour de l’utilisation des trois fours à demeure, allumés selon un calendrier de cuissons publiques. L’initiative réveille les habitudes du village à acheter sa vaisselle à Moly-Sabata du temps d’Anne Dangar (1885-1951), dont le four historique sera remis en service après plus de trois décennies de sommeil. Faisons rayonner nos ressources en les partageant.

DSCF6467DSCF6356auxfoyers (19)auxfoyers (10)auxfoyers (1) DSCF6460DSCF6462DSCF6341DSCF6477DSCF6476DSCF6475DSCF6465

Duetto

Une suite de cinquante-cinq expositions avec Caroline Achaintre, Nadia Agnolet, Cemil Aliyev, Amandine Arcelli, Carlotta Bailly-Borg, Jonathan Baldock, Ranti Bam, Raphaël Barontini, Eva Barto, Gilka Beclu-Geoffray, Jean-Baptiste Bernadet, Hélène Bertin, Mireille Blanc, Océane Bruel, Sebastian Buerkner, Julien Carreyn, Emmanuelle Castellan, Geneviève de Cissey, Matthieu Cossé, Sylvain Couzinet-Jacques, Anne Dangar, Émile Degorce-Dumas, Charlotte Denamur, Jean-Jacques Dubernard, Florent Dubois, Adélaïde Fériot, Diego Guglieri Von Dito, Neil Haas, Hippolyte Hentgen, Evie Hone, Anthony Jacquot-Boeykens, Chloé Jarry, Sophie Lamm, Amélie Lucas-Gary, René Pascal, Émilie Perotto, Nathalie Pouzet, Robert Mallet-Stevens, Colombe Marcasiano, Marianne Marić, Maude Maris, Simon Martin, Étienne Mauroy, Lindsey Mendick, Gabriel Méo, Stéphane Moreaux, Charlotte Moutou, Alexandre Benjamin Navet, Eva Nielsen, Camila Oliveira Fairclough, Guillaume Pinard, Octave Rimbert-Rivière, Juliette Roche, Muriel Rodolosse, Emmanuelle Roule, Éléonore Saintagnan, Lina Scheynius, Varda Schneider, Apolonia Sokol, Maxime Thieffine, Sarah Tritz, Henri Ughetto, Emmanuel Van der Meulen, Pierre Unal-Brunet, Céline Vaché-Olivieri, Benjamin Valenza, Albert Vallet, Marion Verboom, Marine Wallon, Elsa Werth et Rafal Zajko
du 17 mars au 10 mai 2020
en confinement à Sablons

Faire une exposition par jour au moins, est mon engagement depuis le 27 septembre 2004, et il en a été ainsi. Dans le strict respect des mesures de confinement, j’ai décidé de fabriquer cet accrochage quotidien. Le projet se construira au jour le jour en associant deux œuvres choisies dans ma proximité. Et si nous ne pouvons plus pour l’instant entrer en contact, elles le peuvent.

Consulter la documentation intégrale de « Duetto »

20200317_11261620200319_15220620200320_15142720200328_12144620200330_15103020200331_13455920200401_16123020200405_16335720200406_11535420200408_16021020200410_16522120200412_13022120200418_19394820200419_13433620200420_16043220200425_15424220200427_18470720200505_18283320200509_18215920200510_155543

Cet élixir

Une exposition avec des œuvres de Jean-Marie Appriou, Hélène Bertin, Jagna Ciuchta, Johan Creten, Anne Dangar, Étienne Mauroy, Pakui Hardware, Paloma Proudfoot, Henri Ughetto et Phoebe Unwin
du 21 septembre au 3 novembre 2019
en résonance de la Biennale de Lyon 2019
à Moly-Sabata à Sablons

Il était une fois une plante magique, aux racines noires comme la nuit et aux fleurs blanches comme le lait. Dans l’Odyssée, Hermès l’offre à Ulysse pour contrer les sortilèges de Circée. L’antidote ramène à l’humanité. Quelques siècles plus tard au sud de Lyon, où le Rhône trace un virage, la population agacée par le raffut d’incessants sabbats dît tant de prières que leur saint patron descendît du ciel, et sous la figure d’un jeune pèlerin, sema un végétal éloignant les inopportuns. Le remède assure la quiétude. Au fil du temps, persistent les pouvoirs bénéfiques de cette panacée que toutes les sources s’accordent à appeler Moly. De récentes études pharmacologiques identifient ce genre d’ail célébré par la mythologie antique puis par les croyances locales, comme étant le perce-neige, Galanthus nivalis, qui annonce le printemps dans le parc de la résidence. Au carrefour des sciences et des superstitions, sa concoction nécessite tout un attirail, de cette vaissellerie spécifique dont les usages relèvent autant de la technique que du symbole, comme pour tout rituel. Car sans objet, pas de culte. Il s’agit de contenir le sacré. Loin de chasser les sorcières, au contraire, la nouvelle exposition à Moly-Sabata réveille les légendes du nectar avec lequel résonne son nom. CET ÉLIXIR invite à l’enchantement, par des œuvres qui en activent la cérémonie. Flore fantaisiste, humeurs et récipients nous engagent à communier dans ce climat de contemplation et de labeur propre à l’endroit, comme sous l’influence d’un charme.

Cet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (4) Artworks by Paloma Proudfoot, Jagna Ciuchta, Henri Ughetto and Hélène BertinCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (6) Artworks by Jagna Ciuchta, Henri Ughetto and Hélène BertinCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (8) Artworks by Hélène BertinCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (7) Artworks by Jagna Ciuchta and Hélène BertinCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (16) Artworks by Jean-Marie Appriou, Jagna Ciuchta and Henri UghettoCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (10) Artworks by Jean-Marie Appriou, Jagna Ciuchta, Henri Ughetto, Phoebe Unwin and Paloma ProudfootCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (13) Artworks by Paloma Proudfoot and Jagna CiuchtaCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (15) Artworks by Paloma Proudfoot and Jagna CiuchtaCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (10) Artworks by Jean-Marie Appriou, Jagna Ciuchta and Paloma ProudfootCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (18) Artworks by Johan CretenCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (20) Artworks by Johan CretenCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (19) Artworks by Johan Creten, Jean-Marie Appriou and Henri UghettoCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (22) Artworks by Jean-Marie Appriou and Henri UghettoCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (24) Artworks by Anne Dangar, Phoebe Unwin and Étienne MauroyCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (28) Artworks by Anne Dangar and Étienne MauroyCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (25) Artworks by Anne Dangar, Johan Creten, Phoebe Unwin and Étienne MauroyCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (32) Artworks by Pakui Hardware and Henri UghettoCet élixir, annual show 2019 at Moly-Sabata - Photo Ugnius Gelguda (33) Artworks by Pakui Hardware

Crédit photographique Ugnius Gelguda

Glaise rousse

Une exposition avec des œuvres d’Aaron Angell, Carlotta Bailly-Borg, Anne Dangar, Daniel Dewar & Gregory Gicquel, Jacqueline de la Baume Dürrbach, Rebecca Digne, Etienne-Martin, Maxime Fragnon, Ker-Xavier, Jacqueline Lerat et Lucien Petit
du 15 septembre au 28 octobre 2018
à Moly-Sabata / Fondation Albert Gleizes à Sablons

Le Pays Roussillonnais est qualifié jusque dans son appellation, par la couleur de sa terre. L’argile y existe par la présence du Rhône et résulte de l’érosion antédiluvienne du fleuve. C’est un matériau archaïque, identifié comme le tout premier à être façonné par l’humain. L’exposition GLAISE ROUSSE s’attache à partager une certaine idée du rustique, et des sophistications requises à sa mise en forme. Elle prend pour socle l’amitié entre deux potières, Jacqueline Lerat (1920-2009) et Anne Dangar (1883-1951). Lors de leur rencontre en 1942 à Saint-Laurent-les-Mâcon, Jacqueline encore apprentie découvrît en Anne une figure indépendante et visionnaire. Nourries par leur correspondance, chacune des deux artistes développera un vocabulaire marqué par la quête d’humilité en sa propre terre, le grès pour l’une à La Borne, la faïence pour l’autre à Moly-Sabata. Une dizaine d’artistes historiques et contemporains alimenteront aux côtés de leurs céramiques, un accrochage composé de peintures, sculptures, tapisseries et mobilier, dans une humeur rugueuse et délicate, austère et sensuelle.

En savoir plus

1DSCF39806891620Glaise rousse, vue de l'exposition avec Dewar & Gicquel, Etienne-Martin et Maxime Fragnon, commissariat Joël Riff, Moly-Sabata, 2018 - Courtoisie Galerie Loevenbruck (Paris)242830373940

En crue

Une exposition avec des œuvres de Caroline Achaintre, Thomas Bayrle, Gilka Beclu-Geoffray, Geneviève de Cissey, Anne Dangar, Charlotte Denamur, Lucie Deveyle, Claude Famechon, Josephine Halvorson, Jean-Claude Libert, Robert Pouyaud et Romain Vicari
du 16 septembre au 29 octobre 2017
à Moly-Sabata à Sablons

En savoir plus

3medDSCF2576medDSCF2562medDSCF2571medDSCF2622medDSCF2611med

Anne et Lucie

Anne fait des poteries. Elle a quitté son Australie natale pour vivre l’aventure cubiste selon les apprentissages d’un idéal, dans les sillons d’où proviennent sa matière première, à Moly-Sabata.

Lucie fait des tissages. Elle a suivi ses employeurs qui déménagèrent à la campagne, trouvant au sein de cette famille sa propre place en continuant à s’occuper des enfants, à Moly-Sabata.

La rencontre se fait là. Étrangement, chacune s’y retrouve par l’entremise d’une figure masculine, maître ou patriarche. L’influence paternisante est grande. Sur place cependant, au quotidien, elle se dématérialisera. C’est bien un univers de femmes qui persiste. Les amies vivent alors ensemble et restent à ce jour les artistes qui partagèrent le plus de temps dans cette colonie. Elles forgèrent une complicité manifeste et au fil des années, prirent l’habitude d’associer leurs productions, l’une sur l’autre, par un jeu de contacts propices, avec dextérité. Voilà l’assurance d’une enveloppe, la sécurité d’un socle tendre qui sait rester stable. L’émaillé s’assied sur le moelleux. Le doux accueille le dur.

Aujourd’hui, rassembler les céramiques récemment réalisées en résidence à Moly-Sabata, c’est aussi réveiller cette intime tradition. Plus qu’un récapitulatif d’objets, il s’agit de partager la sensualité d’un dispositif simple et entier, qui n’envisage plus la terre cuite comme une sculpture quelconque mais en tant que médium exigeant les plaisirs domestiques de l’agencement. Au sein d’une actualité artistique dans laquelle la céramique acquiert une visibilité exponentielle, il est bon de rappeler que l’on en produit à Moly-Sabata depuis près de quatre-vingt-dix ans, et que des stratégies pour l’exposer y ont été développées simultanément. De quoi affirmer les joies de surfaces complémentaires. Le cassant se love dans les plis. Le souple frôle le brillant.


Ce texte a été écrit pour l’exposition éponyme avec des céramiques de Jean-Baptiste Bernadet, Kris Campo, Pierre David, Suzanne Husky, Gabriel Méo, David Posth-Kohler, JP Racca-Vammerisse, Octave Rimbert-Rivière et Mathias Tujague ainsi que quelques caresses opportunes de Lindsey Mendick pour Moly-Sabata / Fondation Albert Gleizes du 26 juin au 21 août 2016 dans le cadre de l’évènement Anne Dangar, céramiste – Le Cubisme au quotidien au Musée de Valence.

 

La loutre et la poutre

Une fable sur le décoratif avec des œuvres de Nadia Agnolet, Neïl Beloufa, Mireille Blanc, Jean-Baptiste Bernadet, Sarah Tritz, Guillaume Constantin, Anne Dangar, Mimosa Echard, Jean-Baptiste Fastrez, Louis Gary, Albert Gleizes, Benjamin Hochart, Jean Lurçat, Colombe Marcasiano, Thomas Mailaender, Gabriel Méo, Cécile Noguès, Mathieu Peyroulet, Octave Rimbert-Rivière, Maxime Thieffine, Anne Laure Sacriste, Elsa Sahal, Clémence Seilles et Céline Vaché-Olivieri
signée avec Mathieu Buard
du 20 septembre au 26 octobre 2014
à Moly-Sabata / Fondation Albert Gleizes à Sablons ainsi qu’à la chapelle de Givray à Saint-Maurice-l’Exil

En savoir plus

10694398_773375026052303_1577231838292874109_o10679679_773377289385410_8575348419194276199_olaloutreetlapoutre-molysabata-joelriff1
10688129_773381629384976_3936347494235805577_o10672251_769475886442217_6235366474268883086_n
crédit photographique Nicolas Brasseur