Salvatore Arancio

L’institution britannique consacre traditionnellement une de ses salles à une collection invitée, différente chaque année. Cette fois, la formule permet la rencontre fertile entre deux personnalités, un artiste et un philanthrope, qui voient converger leur intérêt pour les curiosités scientifiques. Salvatore Arancio a eu carte blanche pour sonder le fonds exceptionnel de George Loudon, constitué de plus de deux cents objets savants qui couvrent deux siècles de connaissances depuis Les Lumières jusqu’au début du XXe siècle. Leur vocation pédagogique laisse aujourd’hui place à l’éblouissement face à des façonnages virtuoses, de verre soufflé, de papier-mâché, d’illustration ou de lanterne magique. Autant de stratégies à l’époque pour reproduire, donc comprendre, les structures de la Nature. Salvatore Arancio privilégie la fiction au naturalisme pour répondre à cette commande. Il confesse son ignorance en matière de sciences de la vie, et préfère simplement affirmer son rapport esthétique aux choses, Naturalia comme Mirabilia. L’ensemble fantaisiste s’éloigne plus encore de la portée didactique des artefacts, pour mieux traduire le sentiment de l’artiste lorsque son esprit divague en visitant les départements d’Histoires Naturelles. Son dispositif est conçu comme un diorama. Et parmi les œuvres spécifiquement produites pour l’occasion, trône une immense terre cuite à l’émail diapré, réplique d’une obsidienne millénaire figurant au catalogue des merveilles. [L’Italian Council et la Direzione Generale Arte e Architettura contemporanee e Periferie urbane ont rendu possible ce projet.]

Surreal Science, jusqu’au 6 janvier 2019, Whitechape Gallery, 77-82 Whitechapel High St, Londres (Grande-Bretagne). Tél. : +44 (0)20 7522 7888. http://www.whitechapelgallery.org

Publié dans le numéro 223 Novembre Décembre 2018 de la Revue de la Céramique et du Verre

Publicités