Chronique Eva Nielsen à la Galerie Saint-Séverin à Paris

Eva Nielsen (franco-danoise née en 1983) expose ici une seule toile. Et le trésor se montre en une modeste châsse, vitrine paroissiale qui s’offre de front. L’artiste se plie à l’exercice d’une scène biblique, dont elle s’approprie un fragment. En une trame d’une infime délicatesse, se distingue une figure, l’émetteur originel d’une annonciation sans destination fixe. Très à-propos, son message rayonne bien au-delà de la grille qui clôture ce lopin planté, d’où nous restons indéniablement au dehors.

Extrait de la chronique Curiosité – 2013 semaine 05 – Peinture publiée le 28 janvier 2013

Publicités